Vincent Tourraine
Blog

Things 3

#app #iOS #macOS

J’utilise Things 3 depuis sa sortie il y a quelques mois. C’est d’ailleurs une des rares applications que j’utilise quotidiennement aussi bien sur mobile que sur desktop, avec des cas d’utilisation souvent complémentaires. Cette nouvelle version me paraît familière à present, et je pense pouvoir en tirer un premier bilan.

Things 3 macOS, image Cultured Code
Things 3 macOS, image Cultured Code

Pour faire court, c’est une réussite. Things 3 garde les qualités de ses prédécesseurs, apporte certaines améliorations, et en profite pour rafraîchir son interface. Si vous appréciez Things 2, cette nouvelle version vous plaira (et mérite à mon avis son prix). Mais l’évolution est relativement mineure. Son mode de fonctionnement reste fondamentalement le même, et si l’application ne vous convenait pas auparavant, cette nouvelle version n’y changera probablement rien.

Ce qui me plaît tellement avec Things, c’est son équilibre entre simplicité d’utilisation et fonctionnalités plus complexes, lorsque j’en ai besoin. Par comparaison, OmniFocus est trop complet, et Reminders trop simple.

Lors de la première présentation publique de Things 3, j’avais fait remarquer que cette mise à jour n’apportait aucune nouvelle fonctionnalité que j’attendais. Avec le recul, ce n’est pas tout à fait vrai.

Sous-tâches

Pour chaque tâche, on peut maintenant lister des sous-tâches. C’est sans doute la nouveauté que je trouve la plus utile. Je m’en sers plutôt rarement, mais elle remplit parfaitement son rôle quand c’est nécessaire, et ne pollue pas les tâches qui n’en ont pas besoin.

Sections

Au sein d’un projet, on peut maintenant établir des sections, pour y répartir les tâches. Là encore, je ne m’en sers pas systématiquement, mais j’apprécie de disposer de cet outil pour les projets les plus chargés. Visuellement, c’est très réussi, ce qui ne gâche rien.

Avec les sous-tâches et les sections, on peut donc dire que la modélisation des tâches gagne deux niveaux d’organisation, ce qui est considérable. Heureusement, ces ajouts restent facultatifs, et s’intègrent très bien au reste de l’application.

À venir

Things 3 permet de mieux visualiser le planning des tâches au cours du temps. On trouve un nouvel écran « Upcoming » qui liste les tâches à venir, groupées par jours. C’est particulièrement utile pour garder un œil sur le planning du lendemain, ainsi que sur le reste de la semaine.

L’application peut également s’intégrer aux calendriers déjà gérés par iOS/macOS, pour lister les événements de chaque journée dans « Today » et « Upcoming ». Cela permet de mettre en contexte les tâches concernées, selon l’emploi du temps. Les applications de calendrier proposent souvent une intégration des rappels, l’inverse est donc tout aussi intéressant.

Interface

Difficile de passer à côté. L’application cultive une interface utilisateur assez unique. Pour Things 2, on retrouvait des éléments plutôt classiques, mais avec une touche de personnalisation. C’est comme si l’application utilisait des versions alternatives d’AppKit et UIKit (souvent plus inspirées que celles proposées par Apple, soit dit en passant).

Avec Things 3, l’application prend ses distances par rapport à macOS et iOS. L’écran ressemble davantage à une page blanche, sur laquelle les tâches sont soigneusement disposées. Il faudrait des centaines de lignes pour décrire le fonctionnement de cette interface. C’est à la fois très proche des interactions natives, et en même temps complètement différent.

Et globalement, mon avis est assez neutre. Autant de personnalisation a un coût, pour le développeur comme pour l’utilisateur. C’est un travail absolument remarquable, et l’interface fonctionne très bien, à quelques incohérences près. Par exemple, la présence simultanée de menus contextuels avec ellipse (« … ») et avec flèche (« v »), dont les sous-menus ne sont pas évidents à distinguer. Ces quelques aspects perfectibles sont d’autant plus gênants qu’ils sont justement spécifiques à l’application. Les interfaces standard pour iOS et macOS ne sont pas parfaites, mais à force d’habitude, on ne remarque plus ce genre de problèmes génériques. Pour Things, une interface unique, avec ses défauts et ses qualités.

Pas de pièces-jointes

On en vient maintenant à la fonctionnalité que j’attendais le plus, et malheureusement, rien ne change de côté-là. Il arrive fréquemment qu’une tâche soit associée à un fichier, une photo en particulier. Si le fichier dispose d’une URL, il est bien sûr possible de l’enregistrer dans le champs « description », mais c’est loin d’être une solution satisfaisante.

J’imagine que les concepteurs de l’application redoutent la complexité technique associée à une telle gestion, et encore plus la charge supplémentaire en termes d’expérience utilisateur. Synchronisation, intégration visuelle, indexation pour le moteur de recherche, etc. Beaucoup de défis à relever pour intégrer cette fonctionnalité sans pénaliser le reste de l’application, mais ça me semble incontournable. J’aimerais par exemple avoir la possibilité de créer une tâche directement en prenant une photo, avec un système OCR pour pré-remplir le titre et la description automatiquement.

À envisager pour Things 4 ?

Pas de collaboratif

Autre grand absent de Things : le collaboratif. Les données de l’application restent exclusivement personnelles. À vrai dire, je n’en ressens pas le besoin, cette limitation me convient donc parfaitement (en tout cas, tel que j’utilise l’application aujourd’hui). Mais je conçois aussi que ce manque puisse disqualifier Things pour de nombreux utilisateurs.

Things 3 iOS, image Cultured Code
Things 3 iOS, image Cultured Code

Conclusion

Je me souviens avoir acheté la license pour Things 2 avec le tarif étudiant, il y a bien, bien longtemps. Depuis, j’ai essayé de nombreuses alternatives. J’en ai même développé une, mais je reviens toujours à Things.

Cette nouvelle version tant attendue apporte finalement assez peu. Mais c’est pour une bonne raison : la précédente fonctionnait très bien, elle avait simplement besoin d’un nouveau souffle.

blog comments powered by Disqus