Vincent Tourraine
Blog

Comment lire un disque Blu-ray ?

#Blu-ray #OS X #Windows

Comment lire un disque Blu-ray ? Si vous pensez que la solution “acheter un lecteur Blu-ray” est correcte, vous allez être déçus. Récit d’un week-end passé à lutter contre des mécanismes de “gestion des droits numériques”, a.k.a. DRM, tout ça pour regarder un film.

Un problème de contenu

Tout commence avec un simple disque Blu-ray.

On vient de me l’offrir, je suis ravi, seulement voilà je ne possède pas de lecteur. Je pourrais me satisfaire du film, en l’achetant plutôt en DVD ou en VOD. Mais il se trouve que le disque de contenu additionnel (bonus, documentaires, etc), est uniquement disponible sur support Blu-ray. Ce n’est pas un problème de prix, ni même de qualité de mon “expérience utilisateur“, il s’agit d’un problème de contenu. Je veux voir quelque chose, peu importe comment. L’argument est assez fort pour me convaincre de m’équiper en Blu-ray, chose que j’évitais consciencieusement jusqu’à présent.

Logo Blu-ray Disc
Logo Blu-ray Disc

Un simple lecteur

Pour acheter un lecteur Blu-ray, il y a en gros 3 choix. Acheter une platine de salon, un lecteur externe avec connexion USB, ou bien la PS3.

J’ai trouvé un lecteur/graveur externe USB, très compact, avec alimentation intégrée, et à un prix raisonnable. Parfait. Je l’achète, le branche sur mon MacBook Pro. Les disques sont reconnus, mais aucun logiciel ne peut les lire comme il se doit puisque les films sont “protégés” (VLC, je suis déception). Le lecteur est livré avec une suite des logiciels CyberLink permettant de lire les films Blu-ray, mais uniquement pour Windows (pas précisé sur la boîte). Merci Boot Camp, je change d’OS et j’installe tous les logiciels de la suite (impossible de zapper ceux qui ne m’intéressent pas). Je lance le film, et tout semble fonctionner correctement. Bien bien bien.

Je ne vais pas regarder un film en 1080p sur un écran 13", je glisse donc la fenêtre vidéo sur mon écran externe habituel. Boum ! À ce moment, le film est bloqué net, message d’erreur incompréhensible et hideux. Quelqu’un a visiblement décrété que les écrans externes sont une forme de piratage.

Un petit tour sur Google et je découvre un logiciel comme AnyDVD HD, qui permet de by-passer cette protection. Logiciel payant, évidemment. Je le teste, et je découvre qu’il fonctionne effectivement pour certains disques, mais pas tous. Nouvelle impasse.

Je retourne sur OS X, et je trouve Mac Blu-ray Player, considéré comme le seul logiciel capable de lire des films Blu-ray sur Mac. Je teste, et le résultat est encore plus lamentable. Les menus ne sont tout simplement pas gérés, on doit donc utiliser une interface (hideuse) commune à tous les films pour lancer les pistes vidéos directement. Et encore une fois, certains disques sont tout simplement rejetés.

Alors voilà, mon lecteur est matériellement très convainquant, mais le logiciel est une catastrophe sans nom.

J’ai finalement rapporté le lecteur à la FNAC (merci le retour sous 15 jours) pour repartir avec une platine de salon classique, 6 fois plus grosse, mais qui au moins est capable de sortir le film avec un simple câble HDMI.

Vive la VOD, à mort le Blu-ray

La conclusion est simple : je déteste le Blu-ray. Je vais tout faire pour éviter d’en acheter à l’avenir. Je ne suis pas le premier à pointer du doigt les insuffisances de l’offre VOD actuelle, d’autres le font avec beaucoup plus de talent et d’humour. Je suis simplement consterné de voir les efforts déployés pour “lutter contre le piratage“ et “protéger les œuvres distribuées“. Je ne peux pas imaginer une meilleure manière d’inciter au téléchargement illégal.

Au delà du support physique, c’est un nouveau mode de consommation qui se profile. Les films devraient tous (oui, il va falloir penser à s’occuper un peu des archives, pas seulement des nouvelles sorties) être disponibles à la demande. Pour les contenus additionnels, c’est une autre histoire. Certaines séquences tournées par Ridley Scott en prévision de la sortie Blu-ray/DVD de Prometheus furent finalement distribuées sur YouTube avant même la sortie du film, en complément des trailers classiques (source). On peut imaginer d’autres documentaires, plus conséquents, distribués en VOD comme le film lui-même.

Voilà qui aurait grandement simplifié mon problème.

blog comments powered by Disqus